Vins et points

histoire de vins et points

Est-ce que Yves Beck est bien placé pour parler de la surenchère des points attribuées aux vins, alors qu’il vient d’octroyer plus de 10 fois 100/100 à de prestigieux crus bordelais ? Oui, car la majorité des points attribués aux différents vins se situent entre 85 et 89/100 (49%). Voir les statistiques à la fin du présent texte.

Échelle entre 90 et 100

La dynamique de l’échelle de 100 se réduit de plus en plus. Déjà qu’il est rare de noter des vins en-dessous de 85, les pointages en-dessous de 80 sont devenus inexistants. Il faut ainsi bien comprendre que si cette échelle est une base de 100, on ne peut la comparer ou la mettre à pied d’égalité avec les pourcentages, car dans le quotidien, des taux de réponses correctes, pour un test scolaire par exemple, sont considérés comme tout à fait acceptable lorsqu’ils atteignent 70% ! Cela correspond à un quota où l’on juge qu’une partie suffisante de la matière est acquise pour en faire usage dans le quotidien.

Moins de 90/100 inintéressant

Le marché, lui, ne fonctionne pas sur des considérations d’acquis ou de satisfaction. Le marché doit constamment progresser. Rien de bien révolutionnaire dans ces propos, un marché se doit d’évoluer et par analogie d’augmenter, et il n’y a pas vraiment de limites, alors que l’échelle de notation a une limite bien réelle, immuable, puisqu’elle est fixée à 100. Au vu de la concurrence existante dans le monde du vin, comme dans de nombreux autres secteurs, les acteurs des marchés n’ont d’autres choix que de relever les critères de choix ; en plus clair, un score de 90/100 est devenu presque normal dans le secteur des vins où la note joue un rôle prépondérant. Ainsi, la tendance, et l’intérêt des acheteurs, tendent à prendre en considération les vins notés 92/100 et plus. La dynamique de l’échelle de 100 s’en retrouve réduite à 8 points !

Or ou argent

Les points attribués aux vins jouent un rôle essentiel dans le monde du vin, plus précisément auprès des particuliers et amateurs et, surtout, dans la grande distribution. Il est aujourd’hui tout à fait courant de retrouver des vins prestigieux tant dans les boutiques spécialisées que dans la grande distribution. Cette dernière utilise commercialement les notes et distinctions attribuées au vin, tout comme les cavistes et revendeurs spécialisés. Néanmoins, vu que les points deviennent de plus en plus élevés, les médailles d’or et d’argent gagnent du terrain, vu qu’elles communiquent uniquement sur leur couleur, un système simple, plutôt rationnel que le commun des mortels comprendra sans autre. Une médaille d’or c’est très bien, Une médaille d’argent c’est bien. Une médaille, c’est bien « sans si et sans mais ».

La question qu’il ne faut pas poser

A partir de combien de points un vin reçoit-il une médaille ? Vous ne comprenez pas ? Et bien, pour obtenir une médaille, il faut des points, n’est-ce pas ? Donc, des jurés notent des vins sur une échelle de 100, en général. L’OIV a fixé certaines règles quant à l’attribution des médailles. Ainsi, seuls 30% de l’ensemble des vins présentés à un concours pourront obtenir une médaille. L’usage veut que les vins obtenant 89/100 et plus obtiennent l’or. Le nombre de vins obtenant l’argent est ensuite défini par une limite qui varie selon les points obtenus, afin de ne justement pas dépasser le quota de 30%.

Oui, vous avez bien lu, 89/100 suffisent à obtenir une médaille d’or. Alors que les négociants, les acheteurs, nous expliquent que les points deviennent intéressants à partir de 92/100, les médailles d’or s’attribuent à 89 et plus, ce qui semble d’ailleurs tout à fait pertinent, car l’on peut partir du principe qu’avec 89% vous maîtrisiez quand-même sacrément bien votre matière ! J’en reviens aux pourcentages… incorrigible je suis ! Le bémol dans tout ça ? Un vin noté 89 et un vin noté 95, ont une médaille d’or. Oui, mais avec 92/100, ou plus, vous avez droit à une « grande » médaille. Il faudra aller expliquer la différence, parce que là ça pourrait devenir un peu compliqué.

La surenchère des points ne répond qu’à l’attende des décideurs

Ce ne sont ni les consommateurs, ni les critiques qui demandent à noter les vins à 92 points ou plus. Ce sont bien les milieux qui achètent et mettent les vins sur le marché, car les points sont devenus, pour certains, le seul outil mercantile qu’ils savent faire fonctionner. A nous, critiques de vin, de ne pas nous laisser entraîner dans cette spirale. Les producteurs de vins devraient également réfléchir à leur positionnement et leur réaction par rapport à des notes, seulement ils sont évidemment pris dans un engrenage où la loi des marchés est un argument quasiment incontournable.

Est-ce-que yvesbeck.wine note trop haut ?

Croyez-moi, je me pose cette question tous les jours. Les œnologues-conseils trouvent souvent que je suis sévère dans mes notes. Certains Châteaux également. Des confrères ainsi que des consommateurs trouvent que je note trop haut. Et moi, dans tout ça ? Et bien j’explique quotidiennement que 88/100 est une bonne note. Et je n’ai pas l’intention de changer de point de vue sur  cette approche.


La valeur des points d’yvesbeck.wine

81-84 vins moyens à corrects

85-89 vins bons à très bons

90-94 vins excellents à exceptionnels

95-99 vins sensationnels à sublimes

100 vins d’émotions sublimes


Statistiques (Vins livrables, Bordeaux 2016)

Vins notés entre 80 et 84 : 3%

Vins notés entre 85 et 89 : 49%

Vins notés entre 90 et 95 : 41%

Vins notés entre 96 et 100 : 7%



Abonnement annuel

Accédez à plus de 6 500 descriptions de vins en ligne pour seulement €79,00 par année



Bienvenue sur le site du critique de vin Yves Beck. Vous souhaitez accéder à plus de 6 500 notes de dégustation en ligne ? Rien de plus simple, il suffit de contracter un abonnement annuel pour seulement €79,00 par année. Celui-ci vous donne droit à un accès illimité à notre base de données durant une année. Dans l’abonnement est également compris le téléchargement de 4 magazines digitaux qui paraissent au cours de l’année.